Textes

Mon pied me raconte des trucs, des histoires à dormir debout.

La veille je sortais d’un pub inconnu, pressé de rentrer, et peut-être un chouia alcoolisé. Comme je ne regardais pas vraiment où j’allais, j’ai marché sur un clou. Enfin, c’était quelque chose de pointu non identifié avec précision. Ça pouvait tout aussi bien être une vieille seringue laissée là, ou une aiguille à tricoter. Qui tricote encore de nos jours, en pleine rue qui plus est ? Ce matin-là je me réveillais avec une étrange sensation, un genre de picotement sous le pied, au niveau du tendon fléchisseur des orteils. Pour tout dire je m’en serais bien passé, surtout que j’avais rendez-vous à 9h et qu’il était déjà 8h30.

J’avais la voûte plantaire qui grattait: une présence, un corps étranger, un amas sous-cutané me faisait de l’œil. Je rapprochais mon visage en me penchant vers l’avant pour mieux voir, les draps étaient humides et formaient un paysage. Au milieu, j’aperçus un visage. Une tête en forme de boule pas plus grosse qu’un pouce était logée sous le muscle. Elle m’adressa la parole d’une voix rauque. Ses mots étaient incompréhensibles. Elle grossissait de plus en plus. Pendant qu’elle grossissait, un genre de dialecte à la mords moi le nœud sortait de sa rangée de dents miniature. Elle atteint, semblait-il, une taille optimale. Je tentais un échange, l’ébauche d’une discussion par un simple ‘bonjour’, comme il est coutume de faire entre individus dits ‘civilisés’.

L’Autre détourna le regard en bougonnant.

Bien des années plus tard, ayant subi l’échec de multiples examens et interventions chirurgicales consistant à extraire ce corps étranger, et bien que n’ayant jamais réussi à déchiffrer ses grommellements, il fallut bien me résoudre à vivre avec mon nouveau compagnon. Situé sous le pied, la situation le rendait invisible aux autres êtres humains de mon entourage. Ce qui m’arrangeait plutôt. Je décidais donc de vivre avec cette part inconnue de moi, une part inconnue qui grattait parfois et râlait souvent. Les gens me prenaient pour un ventriloque dès que je levais la jambe. Bien que cet ‘Autre’ mystérieux s’exprima fréquemment, j’étais convaincu qu’il ne disait rien d’intelligible. Je le faisais taire en reposant le pied au sol. Les jours ou j’avais besoin d’un calme olympien je restais en position verticale. J’avais même développé une technique pour dormir debout. C’était pas ce qu’on peut appeler ‘une situation confortable’, mais c’était ça ou devenir fou. Bien sûr, tout est relatif, on est toujours le fou d’un autre.

        Cet Autre, quand je levais le pied, devait bien lui aussi se demander ce que je footais là.

 

Du bordel sous les tropiques





 

Elle chialait en regardant le ciel, elle chialait, y’avait rien d’tel.

Un pur concentré de larmes de plaisir coulait le long de ses joues, les nuages qui filaient hauts la poussaient dans le velours. J’étais presque jaloux.

Une note de bonheur en somme! Elle, haute comme trois tomes.

C’était une enveloppée lyrique, un recueil de croches filantes à elle seule cette gamine. Le rock elle l’avait dans le sang… quand il fait beau, ça s’mélange aux songes et c’est marrant.

Des couleurs, presque plus que ça dans la masse informe de ses pensées; moi, assis à côté je sirotais des mots-musique comme on troue les pages d’une revue pré-machée. En rythme !

Le ciel était un tapis roulant inversé, un mate-la sans queue ni tête, tout parfumé. Du rose pétant auquel la vulgarité se mariait étrangement avec des cumulo-jaunes-indigos, tout ce joli monde circulait sur nos têtes et la pelouse bleue en bas nous servait de transport en commun.

On flottait avec la vapeur, on se diluait dans la portée, toute tentative de pesanteur était aussi veine que d’essayer d’attraper l’eau qui coule avec la main. Tout bougeait, elle et moi, le monde, les arbres aux têtes évaporées. Tout était perpétuelle dilution dans la danse. La colline-accordéon se refermait. Sur nous, l’ondulation des herbes et la senteur de l’été.

La terre nous recrachait un peu plus loin, on rebondissait sur les anges ! La musique aussi, toute en finesse, en contre temps, le violon, pas trop juste un poil de violet, un xylo-feutre nous coloriait les paumes. Et rien d’autre ! En boucle, en rythme, crescendo, enveloppée, adéquation des âmes, c’était ça.

Bien content d’être paumés on chialait nos tripes, et c’était bon.

En solde – 27 x 24 cm – Stylo/papier





 Mr Duyk



 

Où allez vous Mr Duyk ?! Vous semblez bien pressé

À peine sorti de l’usine vous galopez déjà vers votre tanière. De quel crime s’agit-il ? Quel pêché vous ronge, vous pousse à fuir ainsi ?

——-

La journée passée à déboulonner c’est ce vice qui vous tiraille, il faut que ça jaillisse que ça sorte de vos tripes asservies, un besoin d’expulsion, d’exaction. Mais vous êtes une boule, Mr Duyk; une boule de frustration!

——

Comme c’est triste chez vous, ici tout est de suie, ça ressemble étrangement aux parois d’un cerveau malade, ça goutte pas mal d’ailleurs. Ailleurs ça suinte, ça broie du noir en dedans.

Vous dites il n’y a pas le choix? Avez vous lu Sartre Mr Duyk ?

Il y a toujours le choix.

——

Ce n’est pas le chemin.

Le bar qu’on aperçois là bas, toutes les économies y passent dans cette boite à choses sures , où l’on prend son pied comme un drogué sa dose, et cette fille qui va danser pour vous ce soir, se dévêtir, dévoiler ce qui lui reste de dignité. Allez vous l’anéantir elle aussi, comme vous tuez votre propre vie?

——-

La pauvre est déjà loin, brassée comme un drap noir au vent.

Ici, précisément, c’est vous qui soufflez, boursouflé. Mais rien avance, tout est sur-place et grossier. En face de vous, chaque geste se voulant sensuel est prédigéré, le spectacle se mord la queue, la vôtre ne se dresse plus guère que par habitude. Et cette sueur acide qui ressemble curieusement à la rouille de vos machines, dégoulinantes: la pendaison boursière.

Ce petit sentiment de puissance récupéré vous excite tout de même un peu Mr Duyk. C’est bien normal, il ne vous reste rien. Où plus que ça.

Cette vie ou vous mourrez régulièrement comme un rat enragé courant sur un rouage ne vous satisfait pas plus au fond qu’elle ne vous déprime. Vous l’achetez, la perdez puis la rachetez à nouveau, vous êtes la bête informe, vague produit du libéralisme, à la dérive…

Sans honte sincère ni bonheur intense, une régularité de métronome et l’assurance d’une grotte où l’on s’entête à s’enterrer.

—–

Bien à vous, Mr Duyk.

brouille123456789

Interférences – A3 – Stylo/papier

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s